L'ÉDITO N°
9
L'édito de Claire, princesse dans l'âme,
journaliste incorrigiblement tam tam
Ce que votre lingerie
dit de vous
Dis-moi ce que tu portes comme sous-vêtements,
je te dirai qui tu es !
Ou presque. On ne définit pas une personne en fonction de ce qu’elle porte comme sous-vêtements, d’accord. Mais ce choix en dit plus long que vous ne le pensez sur la femme que vous êtes. Après tout, notre lingerie orne, dévoile, soutient ou dissimule les parties les plus intimes de notre corps… pour celles qui en portent, bien sûr ! Votre corps, votre choix, on ne le répètera jamais assez.
Stop aux clichés, merci
Je vous arrête tout de suite ! Ce n’est pas parce que vous portez des sous-vêtements basiques et confortables que vous vivez mal votre féminité. Ce n’est pas non plus parce que vous portez de la lingerie sexy que vous assumez votre corps et votre sexualité en toute sérénité. Notre rapport à la lingerie est plus subtil que cela… Quel que soit votre profil, no judgement ! Certaines d’entre vous se reconnaitront d’ailleurs peut-être un peu dans tous les profils ci-dessous ;).
Les perfectionnistes de la lingerie
Certaines femmes accordent une attention extrême au choix de leur lingerie. Hauts et bas ne peuvent pas être dépareillés, chaque sous-vêtement doit être irréprochable, les modèles sexy, et au moindre accroc ou trace d’usure : hop, poubelle ! Les interprétations possibles sont multiples : une volonté de contrôle de votre image et de votre sexualité, une envie de sublimer votre propre féminité ou, au contraire, de satisfaire les attentes dictées plus ou moins consciemment par votre entourage... Une façon aussi de vous donner confiance en vous, si vous en manquez. De démontrer que si vos dessous sont parfaits, le dessus et le dedans le sont aussi.
Les opportunistes de la lingerie
D’autres parmi nous vivent un rapport très rationnel avec leurs sous-vêtements et adaptent leur choix en fonction de la situation. J’ai mes règles ? Je mets des sous-vêtements confortables, noirs, basiques. Je pars en expédition sportive ? Je choisis des sous-vêtements déjà usés, confortables, auxquels je n’attache aucune importance symbolique. J’ai un entretien ou une date ? Je booste ma confiance en moi en choisissant des sous-vêtements affirmés. Mon t-shirt est très transparent ? Je choisis le soutien-gorge adapté pour me sentir à l’aise toute la journée. La lingerie est là comme un outil pratique pour vivre le quotidien au mieux et le moduler en fonction de vos humeurs.
Les je-m’en-foutistes de la lingerie
A l’opposé des perfectionnistes de la lingerie, voici les je-m’en-foutistes. Des femmes pour qui la lingerie ne possède aucune importance particulière et se résume à sa simple fonction d’utilité : protéger et habiller notre intimité. Les je-m’en-foutistes portent le plus souvent des dessous basiques, abordables, mis et remis, même si on les voit de temps en temps craquer l’air de rien pour un soutien-gorge flashy ou une culotte en dentelle… comme ça, pour voir ce que ça fait.
Les militantes de la lingerie
Les militantes de la lingerie essayent de se défaire de toutes les attentes et interprétations sociales appliquées à la lingerie. Parfois, d’ailleurs, elles font le choix de ne plus en porter du tout. Ce sont certainement les plus engagées dans la tendance du no bra, des sans-armatures et des tétons visibles… avec tout au bout du groupe, celles qui s’en servent comme arme politique, à l’image des Femen.
La lingerie, le corps, l’âge,
l’image de la femme… et moi !
Quel que soit votre rapport à votre lingerie, il questionne forcément l’image que vous avez de vous-même et de la femme en général. Un rapport qui évolue en fonction de l’âge, des changements du corps (règles, prise ou perte de poids, grossesse, ménopause, cancer…), des évolutions sociétales (les armatures dont on voudrait enfin se passer ont été inventées pour libérer les femmes du corset, qui lui-même avait été inventé pour alléger les tenues féminines, qui elles-mêmes… ), de notre sexualité (contrainte, libérée, assumée, fantasmée, pesante, inachevée, exploratoire, décomplexée…) et de la sexualisation de notre corps par les autres. Trouver le juste point d’équilibre ? Impossible, nous sommes toutes différentes. Mais nous pouvons partir avec un critère commun : nous sentir bien et nous sentir nous-même. Dans ce cas, que cela passe par une culotte basique ou par un tanga en dentelle, le résultat sera le même ! Vous, bien dans vos vêtements.
- Claire -